L’ancien cinéma de Montreuil-sur-Ille ne laisse pas indifférent

13 novembre 2008

salle-armorIl y a une trentaine d’années, à Montreuil-sur-Ille, il existait un cinéma. Inaugurée en 1958, la Salle Armor connut des années fastes, avant de décliner, puis d’être désaffectée. Toujours sur pied, elle fêtait son 50e anniversaire, le 12 octobre dernier. L’occasion de faire ressurgir les souvenirs et de découvrir l’histoire de ce cinéma, qui continue à faire rêver.

Difficile d’imaginer, devant ce bâtiment délabré, ce qu’a pu être la Salle Armor, du temps de sa splendeur. Pourtant, derrière ces grandes portes condamnées et cette façade caractéristique, c’est tout un pan de l’histoire locale qui sommeille… Une histoire que beaucoup de Montreuillais ne connaissaient pas, jusqu’à ce 12 octobre où, à l’occasion du 50e anniversaire de sa construction, ils ont pu découvrir, ou retrouver, ce lieu chargé de souvenirs. Par curiosité ou par nostalgie, les visiteurs étaient nombreux à pénétrer à l’intérieur de ce bâtiment, habituellement fermé au public. ”C’était une belle salle, ça fait mal au cœur de la voir dans cet état”, confie Denise Duclos, 79 ans, qui y fut bénévole, avec son mari Francis, pendant une vingtaine d’années.

Malgré la peinture écaillée, les boiseries fatiguées, les tentures déchirées, la salle conserve encore le charme et l’allure typique des cinémas des années 60. Les guichets et le comptoir de la buvette sont toujours en place, dans le grand hall d’entrée où un panonceau oublié annonce encore ”Cette semaine…”, sur un mur désespérément nu. Dans la salle de spectacle, le rideau est retombé depuis longtemps, mais les fauteuils de velours cramoisi se tiennent encore au garde-à-vous, en attendant d’improbables spectateurs. ”Ils avaient été achetés à une salle parisienne. Ce sont des bénévoles qui ont été les chercher à Paris et qui les ont montés”, raconte l’adjoint au maire, Jean-Claude Morel, qui fut projectionniste bénévole au cinéma de 1965 à 1975. À l’étage, dans la cabine de projection où, seul maître à bord, l’opérateur assurait le bon déroulement des films, deux vieux projecteurs semblent endormis.

Construite en 1957, la Salle Armor était, comme la plupart des cinémas ruraux de l’époque, un ”patronage”, qui appartenait à l’Association des œuvres du diocèse de Rennes. ”De nombreux Montreuillais ont participé à sa construction”, se souvient M. Morel. Terrassement, pose du plancher… beaucoup de travaux ont été réalisés par des bénévoles. La première pierre de l’édifice fut posée le dimanche 13 octobre 1957, « après la grand-messe », en présence de l’abbé Méhaignerie, curé doyen de St-Aubin-d’Aubigné qui procéda à sa bénédiction. Sous la houlette de l’abbé Baudy, qui suivait de près le chantier, la construction de la salle paroissiale allait bon train. Un an plus tard, le 14 décembre 1958, elle était inaugurée en présence du cardinal Roques, du clergé local, et d’une grande partie de la population. C’est la troupe de théâtre des Cadets de Bretagne qui étrenna la scène, ce jour-là, avec la pièce « Au Petit Bonheur », de Sauvageon. Dix jours plus tard, le soir de Noël 1958, une comédie musicale était au programme, l’un des premiers films, si ce n’est le premier, à être projeté à l’Armor : ”Le Roi et Moi”.

D’une surface de 240 m2, la salle de spectacle, en pente douce, comptait environ 350 places. Une scène de sept mètres de profondeur et une vaste arrière-scène lui permettait d’accueillir les troupes de théâtre locales, mais aussi les arbres de Noël des écoles privées. Géré par l’association d’Education populaire de Montreuil-sur-Ille, le cinéma proposait trois séances hebdomadaires, les samedis soirs, dimanches après-midi et dimanches soirs. ”C’était plein tous les week-ends. Il fallait arriver tôt pour ne pas se retrouver sur un strapontin !”, se souvient Roland Lebrun, adjoint, qui fut lui aussi bénévole au cinéma. ”Quand il y avait des grands films comme ”Le Jour le plus long”, il fallait même rajouter des bancs et des chaises !”.

Arrivant à pied, à vélo, parfois à Solex ou à mobylette, beaucoup de jeunes se retrouvaient là le dimanche après-midi. Certains venaient des communes voisines : Guipel, Feins, Aubigné, Sens-de-Bretagne… C’était l’époque où, avec une pièce d’un franc, les enfants pouvaient se payer leur place de cinéma, mais aussi des bonbons ou des glaces ”Stromboli”, que les bénévoles vendaient à l’entracte. La séance débutait par un documentaire, suivi des Actualités, puis des ”réclames” publicitaires. Après l’entracte, le film démarrait enfin, en Cinémascope.

Jusqu’en 1970, la Salle Armor ne disposait que d’un projecteur 16 mm. L’opérateur devait coller, puis rembobiner le film, qui arrivait en plusieurs galettes. ”Je me souviens de Francis Duclos qui passait tous ses samedis après-midi à monter ses films”, raconte M. Lebrun. Le cinéma s’est ensuite équipé de deux projecteurs 35 mm. Le travail était moins lourd, mais il fallait veiller au changement de bobine…

Après avoir connu son apogée, la fréquentation de la salle commença à décliner. La télévision, de plus en plus présente dans les foyers, entraînait une désaffection pour le cinéma. En 1973, l’Armor n’enregistrait plus que 4628 entrées, contre 16620 en 1962 ! Les bénévoles se firent plus rares aussi. Le 26 décembre 1977, le cinéma ferma ses portes définitivement.

Désaffecté, le bâtiment a été racheté par la municipalité en 1997. Mais sa rénovation représente un coût important, que la commune ne peut assumer seule. Fin 2004, l’association ”Armor et Compagnie” a relancé un projet de réhabilitation de l’ancien cinéma en salle de spectacle, avec le soutien de la municipalité qui a financé les différentes études. Ce projet a été soumis à la Communauté de communes du Pays d’Aubigné qui, bien que n’ayant pas la compétence Culture, pouvait intervenir dans le cadre du contrat de territoire. ”Mais l’aide de 300.000 euros proposée n’était pas suffisante par rapport au montant des travaux, qui s’élève à 1,3 million d’euros”, regrette le maire, Patrick Vasseur. Il faudra peut-être revoir la copie. ”On va essayer de représenter le projet lors du prochain contrat de territoire”.

De son côté, le président de l’association « Armor et Compagnie”, Clément Hubert, garde lui aussi l’espoir de voir cette salle retrouver sa vocation culturelle. En attendant, il a eu l’idée de célébrer le 50e anniversaire de sa construction en organisant une visite des lieux et une exposition de documents et de matériel cinématographique ancien. Visiblement, la salle Armor ne laisse pas indifférent…

Joëlle Le Dû

Tags: , ,

Laisser un commentaire

N°143 – Avril-Mai 2014

Lire le dernier numéro

15.000 exemplaires
Édité depuis août 2000

Archives

Infos minute

Délai supplémentaire pour l’enquête auprès des ménages

Une étude pour la mise en place éventuelle d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (O.P.A.H.) est en cours sur le territoire de la Communauté de…

lire »

L’Espace Info Energie : un service 100% gratuit

Les particuliers qui souhaitent obtenir des informations sur les économies d’énergies et les énergies renouvelables peuvent désormais appeler gratuitement leur espace Info-Energie au 0805 203…

lire »

Un nouveau Programme local de l’Habitat

Après un an de travail et de concertation, le conseil communautaire du 25 février a définitivement approuvé le 2nd Programme local de l’Habitat (PLH) du Val…

lire »

Casting ados

URGENT ! Casting ados Casting ados pour « West Coast », long métrage de Benjamin Weill dont le tournage aura lieu cet été en Bretagne. La production recherche…

lire »

Rencontre de lecteurs

La Communauté de communes du Val d’Ile organise, le 8 février à 15h, à la médiathèque de Melesse, une rencontre de lecteurs pour parler des…

lire »