« Non » aux bois tropicaux des forêts primaires

10 juin 2009

engagement-foretDepuis neuf ans, l’association « Peuples de forêts primaires » lutte contre la déforestation et pour la défense des droits des peuples autochtones des forêts. À son instigation, 56 communes ou communautés de communes ont déjà pris l’engagement de renoncer à l’utilisation de bois tropicaux, comme le Val d’Ille.

Chaque année, plus de 10 millions d’hectares de forêt disparaissent dans le monde. L’équivalent de la surface de l’Angleterre, soit un terrain de football chaque seconde. Une véritable catastrophe pour la biodiversité et le climat. Selon une étude américaine récente, 80% de la couverture forestière mondiale originelle a été abattue ou dégradée, essentiellement au cours des 30 dernières années. Or, les forêts primaires se ne régénèrent pas. Dans le meilleur des cas, il faudrait un laps de temps de l’ordre du millénaire…

La déforestation touche toutes les forêts tropicales, en particulier en Amazonie, en Afrique équatoriale et en Asie du Sud-Est, entraînant l’anéantissement des cultures et des civilisations des peuples autochtones qui y vivent (environ 50 millions de personnes).

Créée le 11 janvier 2000, dans le Finistère, l’association « Peuples des forêts primaires » s’est donné pour but la défense des droits territoriaux des peuples autochtones des forêts et la lutte contre la déforestation industrielle galopante des dernières forêts primaires. C’est actuellement la seule association en France qui est spécialisée sur ce problème. Elle intervient, notamment, auprès des collectivités territoriales pour qu’elles prennent l’engagement officiel de renoncer à l’utilisation de bois tropicaux issus de forêts primaires, et de privilégier l’emploi de bois locaux.

À ce jour, 56 communes ou communautés de communes se sont déjà engagées à ne plus utiliser de bois tropicaux dans la construction des bâtiments communaux, pour leur mobilier, les mobiliers urbains et de jardin. La Communauté de communes du Val d’Ille a pris cette décision lors de son assemblée communautaire du 31 mars dernier. De leur côté, cinq communes du Val d’Ille ont également signé la motion « Communes sans bois tropicaux », proposée par l’association.

La présidente-fondatrice de « Peuples des forêts primaires », Sonia Fraquet, était présente à la manifestation « Fêtons la nature au Val d’Ille », qui se déroulait à Guipel, le 17 mai dernier. À cette occasion, elle a remis officiellement à Daniel Cueff, président du Val d’Ille, un diplôme d’honneur pour remercier la Communauté de communes de son engagement citoyen. Elle a rappelé que, actuellement, la majorité des bois tropicaux proviennent de la destruction des dernières forêts primaires. « Il faut refuser d’acheter des bois tropicaux d’origine inconnue, pouvant provenir du pillage des dernières forêts primaires, pour arrêter l’extinction des derniers peuples autochtones des forêts primaires ».

Actuellement moins de 2% des bois tropicaux importés proviennent d’exploitations durables, et il est impossible de les distinguer des bois de pillage. L’association déconseille donc l’achat de tout bois tropical, même certifié F.S.C. Ce label, devenu une référence dans l’industrie forestière durable, a été établi en 1993 par des forestiers, des entreprises forestières, des entreprises transformant le bois et des groupes environnementaux (dont Greenpeace). « Il favorise surtout le volet économique, au détriment du volet social et du volet environnemental », regrette Sonia Fraquet. « On obtient rarement de renseignements sur le nom du bois, le pays d’origine et le mode d’exploitation ». Selon l’association, les contrôles de certification sont effectués par une seule personne pendant deux jours, deux fois par an, sous la responsabilité d’entreprises privées sous-traitantes, qui vendent la certification. « Peuples des forêts primaires » réclame donc une certification fiable, indépendante du commerce du bois, pour tous les bois, quelle que soit leur origine. « Les bois doivent être identifiables, soit par une étiquette, soit par un estampillage sérieusement contrôlé ».

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

N°143 – Avril-Mai 2014

Lire le dernier numéro

15.000 exemplaires
Édité depuis août 2000

Archives

Infos minute

Délai supplémentaire pour l’enquête auprès des ménages

Une étude pour la mise en place éventuelle d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (O.P.A.H.) est en cours sur le territoire de la Communauté de…

lire »

L’Espace Info Energie : un service 100% gratuit

Les particuliers qui souhaitent obtenir des informations sur les économies d’énergies et les énergies renouvelables peuvent désormais appeler gratuitement leur espace Info-Energie au 0805 203…

lire »

Un nouveau Programme local de l’Habitat

Après un an de travail et de concertation, le conseil communautaire du 25 février a définitivement approuvé le 2nd Programme local de l’Habitat (PLH) du Val…

lire »

Casting ados

URGENT ! Casting ados Casting ados pour « West Coast », long métrage de Benjamin Weill dont le tournage aura lieu cet été en Bretagne. La production recherche…

lire »

Rencontre de lecteurs

La Communauté de communes du Val d’Ile organise, le 8 février à 15h, à la médiathèque de Melesse, une rencontre de lecteurs pour parler des…

lire »