Linteaux sculptés des 16e et 17e siècles sur le Pays d’Aubigné

30 avril 2008

linteaux-poussinOn appelle cela des « objets architecturaux datés et signés ». Ce sont, le plus souvent, des linteaux de porte, de fenêtre ou de cheminée, en granit, avec un texte, nom ou initiales, une date et, parfois, une profession. Ces objets de notre patrimoine sont, la plupart du temps, à notre portée sur les logis anciens de nos bourgs ou dans la campagne. Il n’est que d’ouvrir les yeux, lever le nez pour les découvrir… 

1480 linteaux ont été répertoriés, à ce jour, en Ille-et-Vilaine, par M. Marcel Marie Monnier, de La Ville ès Nonais, animateur de l’association « Linteaux de France », que l’on retrouve sur le site internet www.linteaux-de-france.com. C’est dire s’ils sont en abondance.

Les sculpteurs de ces objets laissés par nos ancêtres, des granitiers, sont sans doute les mêmes qui ont  sculpté les croix et leurs socles de la même époque. Le Pays d’Aubigné en compte de nombreux. Nous en avons retenus quelques-uns très significatifs. C’est plus particulièrement au nord qu’ils sont les plus abondants.

Comme pour les croix, c’est Sens-de-Bretagne qui possède le plus grand nombre de linteaux. Le manoir de La Porte en supporte deux très beaux (photos 1 et 2), dont l’un du XVIIe siècle puisque l’inscription portée dessus, Jean  Poussin (sieur de La Porte) est né en 1625. Il  était arpenteur royal. C’était le grand-père de Joseph Poussin, lui-même avocat, ainsi qu’il est inscrit sur le second linteau avec la date : 1773.

On retrouve le nom de Poussin également sur le linteau du manoir de Mesbée avec l’inscription « N :H :L :JB :POUSSIN SIEUR DE ST GRAVE – 1676 ». Ou encore à La Vallerie, sur deux beaux linteaux écussonnés « IHS 1653 » et « IEAN POVS SIN » (Jean Poussin, photo 3).

Á la Mondrais, un linteau est daté 1660 et porte l’inscription « PAR BOBLE HOME JEAN CHAVVIN ». Celui de Theuré est daté 1639.

Á la Denisais de très beaux motifs ornent le texte (non daté) : des fleurs à cinq pétales et une fleur de lys au centre « F P G SOHIER ». Les Sohier habitaient les villages environnants depuis 1615.

Mentionnons encore, dans le bourg, ruelle des Halles, une curieuse pierre placée dans la maçonnerie dont l’inscription peut être traduite par « bâti par Julien Couillard & Anne Perrier, en l’an XI ».

Sur la commune voisine de Gahard, au manoir de La Chellerais, un linteau agrémenté de motifs : accolades surmontées de fleurs de lys et l’inscription « ETV : FOVQVE » porte la date de 1573 (photo 4).

Yves Brault

Á suivre : « Les linteaux sculptés, des enseignes avant l’heure ».

Tags:

Laisser un commentaire

N°143 – Avril-Mai 2014

Lire le dernier numéro

15.000 exemplaires
Édité depuis août 2000

Archives

Infos minute

Délai supplémentaire pour l’enquête auprès des ménages

Une étude pour la mise en place éventuelle d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (O.P.A.H.) est en cours sur le territoire de la Communauté de…

lire »

L’Espace Info Energie : un service 100% gratuit

Les particuliers qui souhaitent obtenir des informations sur les économies d’énergies et les énergies renouvelables peuvent désormais appeler gratuitement leur espace Info-Energie au 0805 203…

lire »

Un nouveau Programme local de l’Habitat

Après un an de travail et de concertation, le conseil communautaire du 25 février a définitivement approuvé le 2nd Programme local de l’Habitat (PLH) du Val…

lire »

Casting ados

URGENT ! Casting ados Casting ados pour « West Coast », long métrage de Benjamin Weill dont le tournage aura lieu cet été en Bretagne. La production recherche…

lire »

Rencontre de lecteurs

La Communauté de communes du Val d’Ile organise, le 8 février à 15h, à la médiathèque de Melesse, une rencontre de lecteurs pour parler des…

lire »