Le Bettonnais André Bienvenu publie ”Les Braises de la Vie”, une trilogie en français et gallo

1 décembre 2007

andrebienvenuAprès avoir publié ”Contes gallos de la Vallée de Vilaine” en 1998, et ”Préchou d’Gallo”, un recueil de locutions gallèses, en 2006, le Bettonnais André Bienvenu nous dévoile son enfance en Haute-Bretagne, des années trente à la Libération. Plus qu’une biographie, ”Les Braises de la Vie”, trilogie en français et en gallo, est un véritable témoignage de la vie d’autrefois en Pays gallo, qui devrait raviver les souvenirs de nombreux lecteurs.

André Bienvenu est un personnage passionnant. Passionnant, parce que passionné. Conteur, poète, écrivain, multi-instrumentiste, polyglotte, navigateur, grand voyageur… son esprit de découverte l’a amené à exercer de nombreux métiers, tour à tour ouvrier agricole, maçon, employé à la SNCF, instituteur, professeur de mathématiques, d’EPS, d’arts martiaux, de yoga, de dessin, créateur et animateur d’un centre de jeunesse ouvrière… Il a parcouru le département entier et plusieurs régions du globe avant de se fixer à Betton, en 1966.

Quatre fois grand-père, ”bientôt arrière-grand-père”, André est conscient de l’importance de transmettre la mémoire du passé aux jeunes générations. Il y a une vingtaine d’années, il s’est mis à écrire ses mémoires, des épisodes de son enfance en Pays gallo, de cette vie quotidienne d’autrefois, à la fois ordinaire et extraordinaire : ”Á l’origine, j’ai écrit ces livres pour mes petits-enfants. Retrouver ses racines, c’est important. Aujourd’hui, c’est la mondialisation, mais les gens n’ont plus de racines, et les rapports qu’on avait avec la nature ont complètement changé”, explique-t-il.

Né en 1931 à Gargenville, dans la région parisienne, où ses parents étaient allés chercher du travail, André a grandi en Haute-Bretagne. Déménageant au gré des mutations de son père, qui était employé aux Chemins de Fer, il a vécu à Corps Nuds, Saint-Grégoire, Melesse…

Ses séjours fréquents chez ses grands-parents, cultivateurs près de Saint-Senoux, ont particulièrement marqué ses jeunes années. Il se souvient de cette époque où, dès l’âge de cinq ans, il se levait à cinq heures du matin pour aller garder les vaches. Cette vie rude, rythmée par les travaux saisonniers, ce contact permanent avec la nature, qu’il décrit si bien dans ”Les Braises de la Vie”, a éveillé ses sens et façonné sa personnalité.

André se régalait des histoires que lui racontait son grand-père, qui était conteur. ”Chez mes grands-parents, je n’entendais jamais parler français”, raconte-t-il. ”C’était partout comme ça en Pays gallo, sauf dans les bourgs”. Chez ses parents et à l’école, par contre, il fallait parler français. Parce que sans français, pas de réussite sociale. Bien sûr, c’était un français un peu « bizarre », truffé d’expressions et de tournures gallèses.

Ce n’est pas sans une certaine émotion qu’André évoque ses parents : ”Je leur dois tout, c’est grâce à eux que j’ai pu faire des études”. Son père, qui avait été classé parmi les analphabètes pendant son service militaire, dut beaucoup travailler pour gravir les échelons de la société. ”Il préparait des examens. Je revois ma mère lui faisant des dictées”. C’est ainsi que, simple ouvrier, il devint chef de canton principal et termina sa carrière comme surveillant général.

”En ces temps-là, ma famille et moi habitions au bord de la route Saint-Germain-Melesse. C’était l’une des maisonnettes accolées à un passage à niveau de la ligne de chemin de fer Rennes-Saint-Malo, au lieu-dit Fresnais”, raconte-t-il dans ”Le Temps des résistances”, troisième tome des ”Braises de la Vie”. C’est là qu’André vécut les épisodes les plus marquants de sa jeunesse. Avec la guerre et l’Occupation, ”notre vie habituellement monotone de la campagne se corsa et se pigmenta”.

Son père, mobilisé sur place à l’entretien des voies ferrées, s’en allait, à la nuit tombée, faire du sabotage dans les tranchées de Saint-Médard-sur-Ille. Sa mère, quant à elle, préparait les repas pour un groupe de résistants basés à Saint-Germain. ”Une sorte de stress perpétuel, de peur et d’anxiété diffuses imprégna progressivement l’ambiance habituelle de notre vie…”. André Bienvenu évoque aussi les attaques aériennes, le sort tragique de la postière de Saint-Germain-sur-Ille, la tonte de deux femmes ”collabos”, l’installation d’un camp de prisonniers allemands à La Villenbois… Tout un pan de l’histoire locale rejaillit ainsi sous sa plume.

C’est Jean Rohou, l’auteur de ”Fils de Ploucs”, qui l’a encouragé à publier ses œuvres. ”J’ai pleuré en lisant son livre, car je retrouvais exactement ce que j’avais vécu, moi en pays gallèsant, et lui en pays bretonnant”. En effet, comme beaucoup de Bretons de sa génération, André a souffert des moqueries et des brimades à l’encontre de sa façon de parler et d’écrire. ”J’ai gardé mes devoirs de français et de philo de l’époque où mes professeurs notaient dans la marge : ”lourd, gauche, vocabulaire insuffisant”. Evidemment, j’écrivais comme j’entendais parler !”. Ce ”handicap” linguistique ne l’empêcha pas de réussir ses études.

Avec le temps, André a pris conscience de la richesse du gallo, de ses tournures imagées, empreintes de délicatesse, de ses métaphores et de leur humour particulier… C’est finalement son goût pour les langues (il en parle sept couramment, dont le breton !) qui l’a amené à redécouvrir la sienne. Il s’est passionné pour la culture gallèse et s’en est fait l’ardent défenseur. Il a été membre de La Bouèze, de Bertayen Galeizz, il a aussi collecté quantité de contes, chants, recettes et autres remèdes auprès des anciens, en particulier auprès de sa mère, décédée il y a cinq ans… Á son tour, il est devenu le gardien de la mémoire d’antan.

Joëlle Le Dû

•”Les Braises de la Vie”, en trois volumes : ”Les Temps sauvages”, Le Temps de la Communale et ”Le Temps des résistances”. Chaque livre contient un cahier de photos d’époque et un glossaire de mots et d’expressions gallos. Prix : 19E. Editions Label LN, 02 98 48 74 57.

Tags:

Laisser un commentaire

N°143 – Avril-Mai 2014

Lire le dernier numéro

15.000 exemplaires
Édité depuis août 2000

Archives

Infos minute

Délai supplémentaire pour l’enquête auprès des ménages

Une étude pour la mise en place éventuelle d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (O.P.A.H.) est en cours sur le territoire de la Communauté de…

lire »

L’Espace Info Energie : un service 100% gratuit

Les particuliers qui souhaitent obtenir des informations sur les économies d’énergies et les énergies renouvelables peuvent désormais appeler gratuitement leur espace Info-Energie au 0805 203…

lire »

Un nouveau Programme local de l’Habitat

Après un an de travail et de concertation, le conseil communautaire du 25 février a définitivement approuvé le 2nd Programme local de l’Habitat (PLH) du Val…

lire »

Casting ados

URGENT ! Casting ados Casting ados pour « West Coast », long métrage de Benjamin Weill dont le tournage aura lieu cet été en Bretagne. La production recherche…

lire »

Rencontre de lecteurs

La Communauté de communes du Val d’Ile organise, le 8 février à 15h, à la médiathèque de Melesse, une rencontre de lecteurs pour parler des…

lire »